Bienvenue sur la page "Actu zik". Ici seront inscrit toutes les sorties d'album et news sur les artistes.


Lilly Wood and the Prick - Invincible friends

visuel Lilly Wood and the Prick - Invincible friends
 

Pre­mière consta­ta­tion à la lec­ture du tra­ck­lis­ting de In­vi­cible friends : trois des 6 titres de l'EP sont pré­sents sur l'album. Quel dom­mage de ne pas re­trou­ver la su­perbe This is a love song, sans doute la plus réus­sie de l'EP ! Les titres pré­sents, Down the drain, Water ran et Lit­tle John­ny, ne dé­parent pas du reste de l'album et, au contraire, servent de jalon à l'au­di­teur dans un album qui, une fois de plus, se ba­lade entre comp­tines pop si­ru­peuses (Hey it's OK) et hits dan­ce­floor im­pa­rables (No no (kids)). Le suc­cès de cet album tient sans doute au­tant à la voix en­tê­tante de Nili Ha­di­da qu'à un son elec­tro-​pop ten­dance, sans ou­blier ces ryth­miques eigh­ties qui se ca­mouflent dans le fond, là où seule une oreille at­ten­tive peut les dé­bus­quer, comme sur le sub­ti­le­ment Pop­cor­nien My best, qu'il est im­pos­sible d'igno­rer tant il écla­bousse d'éner­gie po­si­tive. Mais dans la nuée des groupes elec­tro-​pop qui en­va­hissent le pay­sage mu­si­cal, Lilly Wood & The Prick semble se dé­mar­quer par la vo­lon­té ma­ni­feste d'ex­plo­rer d'autres ter­ri­toires. C'est ainsi que l'une des perles de l'album est une ba­lade tran­quille à la mu­sique dé­pouillée, où Nili se met vo­ca­le­ment à nu : il est tout sim­ple­ment im­pos­sible de res­ter in­sen­sible de­vant le charme de ce Prayer in C. Tout comme la mé­lo­die cha­lou­pée de Lit­tle John­ny, ses longues plages vi­brant
Tra­vaille du cha­peau
es de syn­thé et ses chœurs ty­pi­que­ment gos­pel est une belle réus­site, toute en dé­li­ca­tesse et en puis­sance maî­tri­sée.

 

Main­te­nant ac­com­pa­gnés d'un vé­ri­table bat­teur en lieu et place de la boîte à rythmes, ainsi que d'un bas­siste, ac­ces­soi­re­ment fon­da­teur du label Choke In­dus­try sur le­quel est sorti Lilly Who and the What ?, Lilly Wood & The Prick semble bien lancé sur la scène hexa­go­nale. Après être passé à Rock en Seine l'an der­nier, le groupe part de nou­veau pour une série de dates in­té­res­santes en fes­ti­vals (Art Rock et Fran­co­fo­lies), comme en salle (Ma­ro­qui­ne­rie). Une bonne façon de dé­cou­vrir l'uni­vers ba­rio­lé et mul­ti­co­lore (mais où ont-​ils trou­vé ces cos­tumes de chouettes qui ornent leurs po­chettes ?) de Lilly Wood & The Prick. Dan­sant et pla­nant, l'album est d'une écla­tante fraî­cheur bien que lé­gè­re­ment fai­blard sur cer­tains titres (Cover my face, A time is near)



Découvrez la playlist lilly wood avec Lilly Wood And The Prick


Morcheeba - Blood like lemonade


Il est des classiques de la musique chillout qui raisonnent et s’invitent dans le subconscient avec un sentiment de plaisir incommensurable. Le retour du groupe Morcheeba sur le devant de la scène avec un nouvel album, « Blood like lemonade », à paraître le 7 juin prochain, est événement que nous nous devions de savourer avec vous sans plus tarder. Celui-ci marque le retour dans la formation de la chanteuse historique, Skye Edwards. Et il est évident, après écoute, que celui-ci marque la résurrection d’un combo légendaire de la mouvance trip hop.

 


Cette nouvelle production est d’une beauté intemporelle, comme une suite logique, presque douze ans après, au mémorable « Big Calm » qui avait fait la réputation du trio. Le tout débute par « Crimson », au tempo ralenti et à l’ambiance vaporeuse lorsque s’avance la voix de Skye nous évoquant la dramaturgie d’un crime passionnel. Le frisson se fait ressentir et l’instant devient tout simplement magique. Des titres comme « Even though », à l’introduction nous invitant à retenir notre souffle ou encore « Blood like lemonade » à la mélodie évocatrice sont d’une telle évidence que l’on se demande à cet instant pourquoi le groupe a mis tant de temps à se résoudre à ce retour.

 

Afin d’élargir son horizon, le combo explore le blues psychédélique sur « Mandala », s’appropriant avec une certaine réussite le son du sitar. Dans un esprit plus folk, « I am a spring », nous invite tout simplement à la liquéfaction. « Recipe for disaster » au refrain envoûtant relate la pulsion meurtrière d’une femme cuisinière voyant rentrer son mari totalement saoul. Il est enfin à noter la spécificité d’un titre comme « Cut to the bass », instrumental jouant de l’échos à merveille.

Il est finalement difficile de ressortir un titre plus qu’un autre, « Self made man » ou encore « Beat of the drum » étant tout aussi jouissifs que les précédents cités. Cette album est une merveille appelée à truster le haut des charts durant tout l’été. Il sera donc inconvenant de votre part de ne pas avouer que l'on vous avait prévenu …

Jean-Charles Didiot le 30/05/2010




Dead Weather : déja un nouvel album   

Dead Weather 420

Sea of Cowards, le nouvel album des Dead Weather est enfin disponible et offre de nouvelles lettres de noblesse à la rock culture.

Le génie de Jack White fait une nouvelle fois merveille sur le nouvel album du side-project The Dead Weather, avec Sea of Cowards. Un album, qui fait figure de leçon de rock, véritable démonstration d’une intensité débridée et flamboyante. Une claque redoutablement violente, malsaine, dérangeante, à la limite de la folie et d’un hypnotisme effrayant. Mais, ne fuyez pas à toutes jambes… Sea of Cowards est là pour vous emmener vers un ailleurs, que vous ne visiterez pas si souvent. L’objet est unique en son genre et ne vous laissera pas insensible, loin de là.

Ouverture sur le titre Blue Blood Blues. C’est gras d’entrée de jeu, on ne perd pas de temps, on entre dans le vif du sujet sans se poser de questions. La rugosité de ce titre affiche la couleur du successeur de Horehound et vous embringue dans un trip, qui va presque vous faire mal. Ca rentre dans le ventre avec une puissance incroyable de vélocité. La bête se fait toujours aussi habitée. Alison Mosshart a envie d’en découdre comme jamais et l’on sent, que ce premier titre en garde sous le coude, comme pour dire : “Attention… T’as encore rien entendu.”

Vous avez aimé le titre I Cut Like a Buffalo dispo sur Horehound ? Vous serez attrapé par Hustle and Cuss, qui fait office de suite logique au titre précédemment cité. Les Dead Weather y multiplient les breaks, les relances épaisses, pas de chichi, ça file à toute allure et ça envoie dur. On ressent toujours aussi fortement le côté Jam dans une cave sombre et enffumée entre zikos de talents.

Petite nuance dans l’humeur des Dead Weather avec The Difference Between Us, aux sonorités proches des Kills. Intro synthétique et batterie en rafale vous assaillissent et vous renvoient directement au clip de Treat me Like Your Mother,Mosshart et White se la jouaient duel au M16. En trois titres, ce groupe confirme une présence incroyable et Jack White devient un intouchable.


Découvrez la playlist 1 dead weather avec The Dead Weather


Cypress Hill : Rise Up

cypress hill

    Les papes du rap « West Coast Chicano » sont (enfin) de retour. Six ans après le très bon mais pas exceptionnel « Till Death Do Us Part  », Cypress Hill revient avec « Rise Up ». Comme sur un grand huit, les Californiens vous font monter, monter, monter et parfois... redescendre bien vite.

Et huit, ça tombe plutôt bien puisque les Cypress Hill en sont à leur huitième album (je vous donne la liste au cas où il vous en manquerait un : Cypress Hill ; Black Sunday ; III - Temples Of Boom ; IV  ; Skull &Bones ; Stoned Raiders ; Till Death Do Us Part et donc Rise Up ).
Petite parenthèse historique. C’est en 1988 que B-Real (Louis Freese), Sen Dog (Senen Reyes), DJ Muggs (Lawrence Muggerud) fonde le groupe Cypress Hill, à une rue de leur quartier : South Gate, Los Angeles, Californie. Leur première galette sort en 1991 : sur celle-ci le légendaire How I Could Just Kill a Man. Suivront les mythiques Insane in the Brain, I Ain’t Goin’ Out Like That, Tequila Sunrise , Dr. Greenthumb et Hits From The Bong, une déclaration d’amour rendue par les Cypress Hill à… la «  Marie-Jeanne » dont ils sont de fervents consommateurs-défenseurs (et inversement).
Mais parlons de Rise Up. Le talent des Cypress Hill ne laissant quasiment personne indifférent, le monde de la musique aime travailler avec les Californiens : on se souviendra notamment de Rage Against The Machine, Sonic Youth, Pearl Jam, Biohazard, Korn, Deftones, House Of Pain ou encore Dr Dre.
Rise Up ne fait pas exception. Parfois, ça fait exploser l’électro-encéphalogramme , parfois ça le fait retomber... à plat. Côté déception, on ne citera que la plage 9, Carry Me Away, sur lequel le rappeur de Linkin Park, Mike Shinoda, pousse la voix. Ça c’est fait  !
Revenons vite au très très bon. Cypress Hill étant un extraordinaire groupe de scène (à ne manquer sous aucun prétexte le 9 juin à La Cigale, le 12  juin à Onet-le-Château dans l’Aveyron ou encore le 27 août à Rock en Seine), on attendra beaucoup des prestations « live » de Rise Up et Shut’Em Down, deux titres réalisés avec la complicité du talentueux Tom Morello (RATM), ou encore du très néo-métalleux – un courant que les Cypress Hill affectionnent particulièrement – Trouble Seeker sur lequel Daron Malakian, guitariste de System Of A Down, appose sa patte si particulière.
Et si le besoin de vous redessiner les fessiers vous titille, envoyez-vous donc ce I Unlimited qui, immanquablement – si vous disposez d’un minimum de culture dans les courants musicaux des artistes précédemment cités –, vous rappellera le terrible Jump Around des House Of Pain, dont le leader, Everlast, figure sur la plage précédente (Take My Pain).
Conclusion : ce Cypress Hill-là, c’est vraiment de la bonne, de la très bonne came ! « Do you wanna get high ? » •

PAR YANN SEGERS




Bonobo : Black Sands 

Black Sands

Non, Bonobo n'est pas une soupe de Tranxen. Oui, on peut écouter un de ses albums entièrement, sans être pris de narcolepsie. Lorsqu'il était enfant, Simon Green voulait construire des avions, étant fasciné par le fait de voir voler les hommes (CF Tsugi 29). C'est, quelque part, ce qu'il réalise, une fois de plus, adulte avec " Blacks Sands " : un défi à l'apesanteur.
Bonobo correspond au gendre idéal : par sa musique, il est capable de plaire autant à votre dentiste, votre tatie ou votre voisin de pallier (sauf s'il est fan de Michelle Torr, c'est une cause désespérée). C'est encore dans cette quête d'universalité qu'il offre au downtempo, à chaque nouvel essai, un passeport toujours plus " easy-listening ". Un franc succès puisque, selon Ninja Tune, le Britannique serait l'artiste du label le plus écouté. Le moment idéal pour changer une formule qui gagne, désormais l'Anglais joue tous les instruments présents sur l'album, puis s'autosample. La " méthode J Dilla ". Toujours au rayon changements, ce quatrième essai gagne en production, mais parait moins " tubesque ". Un attachement nouveau aux arrangements, le poussant à délaisser le trip-hop au profit d'une pop trippée.  
Peut être techniquement anecdotique et à côté de son temps, Bonobo ne perds pas pour autant le BPM, faisant de Black Sands une denrée non périssable. Concluons sur une citation d'un journaliste très inspiré de Tsugi : " Blacks Sands est de la rêverie à 90bpm et Bonobo, le premier singe à nous envoyer sur la lune ".  

Mathias



 



CHARLOTTE GAINSBOURG:SON LIVE À NEW-YORK


Charlotte Gainsbourg son live a New York demain sur internet
Pour son deuxième album, « IRM », Charlotte Gainsbourg fait ses premiers pas sur scène. Depuis le vendredi 12 mars, son live à New-York est retransmis en exclusivité sur internet sur « wormee.com » et du coup sur www.poutrelle.fr.gd. L’occasion de retrouver l’intimité de ce premier concert américain au Hiro Balroom, où Charlotte Gainsbourg est accompagnée de Beck et de ses musiciens. C’est en effet le chanteur et auteur-compositeur américain qui lui a taillé sur mesure ses chansons. Un avant-goût des concerts qu’elle donnera dans toute la France à partir de juin 2010.




Gaëtan Roussel attaque en solo: [Par Gilles Médioni (L'Express), publié le 15/03/2010]

Gaëtan Roussel attaque en solo 


La force poétique de Louise Attaque, la fronde du duo Tarmac, les derniers titres d'Alain Bashung (Bleu pétrole) ou de Vanessa Paradis (Il y a)... En une dizaine d'années, Gaëtan Roussel a imprimé son spleen impalpable et son inspiration ténébreuse à la chanson rock. Pour son premier album solo Ginger - gingembre ou rouquin en anglais - Roussel, épaulé par Joseph Dahan, l'ancien bassiste de La Mano Negra, et rejoint par deux invités, Gordon Gano (Violent Femmes) et Renee Scroggins (ESG), élargit son panorama. Le chanteur a du savoir-faire et montre la largeur de sa palette grâce à une voix plaintive qui s'empare, tour à tour, du rythme des musiques de danse, de l'esthétisme de la pop ou de la douceur du folk. Jamais là où on l'attend vraiment, Ginger est un disque riche qui réussit presque à chaque fois son coup, avec néanmoins quelques réserves sur la partie dance. La veine volcanique de Gaëtan Roussel fait mouche, et son écriture, que l'on pourrait juger minimale à la première écoute, a une dimension contemplative, sombre et simple, notamment dans Les Belles Choses ou Des questions me reviennent.





Gorillaz : Plastic Beach  en écoute intégrale


http://lostpodcast.proboards2.com/index.cgi?action=viewprofile&user=hansosjesusstick

On avait, avant de pouvoir l’écouter, entendu beaucoup de choses sur Plastic Beach, le troisième album de Gorillaz, groupe cartoon-pop de Damon Albarn et de son complice dessinateur Jamie Hewlett. D’abord, un casting assez fou : Snoop Dogg, Lou Reed, Mark E Smith, Mos Def, Bobby Womack, Gruff Rhys des Super Furry Animals, Mick Jones et Paul Simonon des Clash ont en effet répondu à l’appel…

Ensuite, une histoire rocambolesque et un peu marrante à la fois : après la destruction des studios Kong, l’album aurait été enregistré sur une île constituée d’ordures et de déchets abandonnés par ces satanés humains, située au Point Némo, point de l’océan Pacifique le plus éloigné de toutes les côtes terrestres. Des quatre personnages originaux (Murdoch, 2D, Russell et Nooddle), ne resterait désormais que l’affreux jojo Murdoch, content de s’être enfin débarrassé de ses copains envahissants. Enfin, des belles promesses : "ce sera l’album de Gorillaz le plus pop" avait annoncé Damon Albarn lors d’un entretien accordé au NME l’automne dernier.

Le petit filou. Plastic Beach, qu’on a eu le grand privilège d’écouter quelques jours avant sa sortie mondiale, n’est pas du tout l’œuvre pop annoncée : c’est, de très loin, le disque le plus hip-hop de Gorillaz. Davantage ancré dans la lignée des projets du supergroupe de Dan The Automator Deltron 3030 (auquel Albarn a participé) que dans la tradition indé de Blur, Plastic Beach est déroutant à la première écoute : celui qu’on sait capable de composer de grandes chansons semble avoir décidé de privilégier les digressions tordues, les morceaux sinueux et les parenthèses songeuses. Aucun vrai tube sur le disque, aucune composition évidente de prime abord, exception faite de On Melancholy Hill, ballade amoureuse et caresse-cœur qui pourrait bien sauver les trente prochaines Saint Valentin.

 

Car le reste- seize morceaux tout de même- est beaucoup moins facile d’accès : que ce soit sur Sweepstakes avec Mos Def, Welcome to the World of the Plastic Beach avec Snoop Dogg ou Rhinestone Eyes, ce que le père Albarn semble vouloir dire aujourd’hui, c’est qu’il a choisi d’en finir pour de bon avec la pop anglaise et ses formats classiques- la tournée de reformation de Blur de l’été dernier, à l’écoute de Plastic Beach, prend plus que jamais des allures de tournée d’adieux.


 

Sade : "Soldier Of Love"


Sade : "Soldier Of Love" devant Massive Attack

 

En près de deux décennies, Sade (Adu), 51 ans, a imposé une collection de joyaux soul (The sweetest taboo ; Smooth operator ; Feel no pain...) chantés d'une voix perlée avant de se retirer après la sortie de son album Lovers rock (2000). Dix ans plus tard, paraît enfin son sixième disque, Soldier of love, composé avec son équipe de toujours (Stuart Matthewman, Paul Denman et Andrew Hale) mais le temps semble s'être arrêté pour la belle anglo-nigériane. Le nouveau Sade déroule des morceaux taillés dans le même velours frappé que les précédents exceptées de vagues distorsions country ou reggae. La chanteuse égrène avec un calme frissonnant des textes impressionnistes autour de l'amour, de la rupture ou de l'absence. Quelques chansons émergent de ce disque enveloppant, lisse et léché pour soirées au coin du feu : The moon and the sky avec ses tombées de cordes, Long hard road à l'ambiance impeccable ou Morning bird, ballade abyssale au piano. Le single Soldier of love, avec ses collages trip-hop à la Massive Attack, ses roulements de batterie et sa rigueur mathématique, laissait présager un passionnant virage. D'autant que la voix a gagné en métal et en mélancolie implacable.

Découvrez la playlist sade avec Sade



Massive Attack : Heligoland en écoute intégrale


massive attack heligoland

 
Plus de dix ans après Mezzanine, l'album qui a fait sa réputation, Massive Attack nous est revenu fin 2009 avec Splitting the Atom, titre extrait du cinquième album, qui marquait le grand retour du plus célèbre des groupes de trip-Hop, genre qu'il a participé à créer. Et il était attendu au tournant.

L'EP de quatre titres marquait par sa noirceur, proche de ce qu'on avait pu entendre des années plus tôt de la bande formée par 3D et Daddy G. Il nous révélait également qu'on ne serait certainement pas déçus. L'album impressionne également par ses collaborations : Damon Albarn (qui joue aussi de la basse sur Flat of the Blade), Tunde Adebimpe (TV on the Radio), Horace Andy, Martina Topley-Bird d'Elbow, Hope Sandoval, Adrian Utley de Portishead, etc.


Découvrez la playlist Les Inrocks - Massive Attack de LesInrocksFC


----------------------------- -----------------------------






Europe sur Wetter.de


-Toutes les mises à jour de ce site sont inscrit en dessous de l'image de la page d'accueil

-Il y a un LIVRE D'OR, pour laisser une petite signature, dans le menu de gauche.

-Venez nous suggérer vos pensées sur le site, qu'elles soient bonnes ou mauvaises, nous donner des idées ou encore apporter votre contribution aux menus déjà existants afin de pouvoir l'améliorer.
Pour ce faire rendez-vous sur le FORUM
Venez me demander les pseudo et mot de passe pour accéder aux pages cachées.
vous pouvez nous retrouver sur skype (pour le télécharger, aller dans LIENS) demandez nos pseudos sur le forum principal ou sur le CHAT...
Trip-Hop.net Annuaire gratuit
Referencement dans l'annuaire suivant : annuaire, mirti. , Pour un referencement professionnel, il faut choisir Action-Referencement, La cuisine et ses recettes trouvez la recette de votre choix sur: recette facile et délicieuses. Vous cherchez des concours ou des jeux concours, le guide des meilleurs jeux concours du moment. Les jeux gratuits en ligne c'est aussi avec l'élevage virtuel venez jouer aux Jeux gratuit, ou simplement à des Jeux.
Annuaire afroo
Afroo.com
Lawij-annuaire annuaire abeille du net
site web Annuaire 1-cochon c'est l'annuaire répertoire généraliste gratuit avec une riche arborescence. 1-cochon est un annuaire et portail généraliste multi-catégories: internet, loisirs et hobbies, emploi et formations, education, sport, informatique.
referencement site
Annuaire généraliste gratuit - Annuaire Millinet - seoref - annuaire locations vacances - Annuaire Vol de papillon - annuaire gratuit - référencement gratuit - annuaire immobilier - deboref - guide achat - SinusCom - Créer un site - debutantinternet - annonces - Annuaire internet : Tootrouver - annuaire referencement - référencement progressif - annuaire régional - Annuaire Généraliste Lecoute - annuaire de site - annuaire referencement lien - annuaire thématique - annuaire mediaphane - annuaire entreprise - publiref - annunet - refurls - Annuaire Généraliste International - référencement manuel - Annuaire Référencement Net - Annuaire de la Guadeloupe - annuaire gratuit - metamoteur - - Mon annuaire gratuit - Annuaire Anti Tabagisme - Annuaire Magouilla - - referencement - référencement gratuit - annuaire référencement gratuit - annuland - Annuaire, référenceur professionnel - annuaire automatique - - Annuaire Underground - - Annuaire Referencement Ici - Annuaire Golfe-Evasion - - - conseil referenceur - annuaire flux rss - Annuaire Sportif Généraliste - Portail Internet - Annuaire et moteur de recherche - - MyRef - cesdsweb - - annauire Réferencement - annuaire - MoteurFR. moteur de recherche - Annuaire cuisine gastronomie - boutiques - annuaire VotrePageRank - link ninja - annuaire scriptzone - Looking4 Directory - - référencement - Annuaire généraliste francophone - MoteurFR - annuaire qui trouve - - Annuaire du Web - annuaire gratuit site
Annuaire généraliste gratuit annuaire france index thématique referencement site
Casino Rentable - Trail en limousin - Ayumi Hamasaki : la chanteuse jpop - Utada Hikaru : le rnb japonais - Evanescence - Alizee - Martinique et Guadeloupe - tATu - Annuaire - Conseils en nutrition - Cosmetiques - Opportunite financiere - Britney Spears - Films en DVD
Annuaire sportif du Trail de St Vitte
The Moteur : Portail Internet - Annuaire - Services gratuit - Loisirs - Actualité Quitrouve Répertoire de recherches généralistes
 
Aujourd'hui 14 visiteurs (16 hits) sont passer par ici!
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=